jeudi 5 juin 2014

La méprise, l'affaire d'Outreau - Florence Aubenas

Outreau a ce pouvoir des histoires simples et qui font peur : chacun s'y retrouve et chacun s'y perd. Ce livre était presque achevé lorsqu'il m'est arrivé, à moi aussi, une histoire. Je suis partie en Irak le 15 décembre 2004. Je devais y rester un mois et terminer la rédaction à mon retour, pour le procès en appel prévu en mai 2005 aux assises de Paris. J'ai été enlevée le 5 janvier à l'université de Bagdad. En captivité, là-bas, je ne pensais pas que je finirais le livre. Non pas qu'il ne m'intéressait plus, mais j'étais persuadée que je ne serais jamais rentrée en France au moment où les Assises auraient lieu. Après, le rideau retomberait sur Outreau, plus personne ne voudrait en entendre parler. Quand on est enfermé, un rien peut vous briser. Je ne voulais plus penser à cette affaire à laquelle il me fallait désormais renoncer. Pendant ces mois-là, je me suis donc efforcée de ne plus jamais avoir Outreau en tête. C'était une entreprise délibérée. J'effaçais chaque visage, chaque souvenir, chaque mot dès que, par hasard, l'un d'eux m'apparaissait. Je suis rentrée le 12 juin 2005. Les Assises avaient été reportées, le manuscrit interrompu était dans mon ordinateur et moi, j'avais réussi ce que je voulais : j'avais tout oublié d'Outreau. J'ai été surprise en relisant ce que j'avais écrit. Comment un accusé avoue ce qu'il n'a pas commis ou pourquoi un magistrat acte des déclarations si farfelues qu'elles feraient rire les enfants, ces choses qui me semblaient compréhensibles mais obscures, ces ténèbres-là m'étaient devenues étrangement familières. J'ai recommencé le livre.

Mon avis:
On est pris dans un tourbillon d'injustice tellement grand que l'on ce demande comment tout cela à pu prendre une ampleur pareille!

Attention, je ne juge pas. Je me dis simplement comment ce juge n'a pas pensé aux vies qui se meurtrissaient au fur et à mesure des accusations. Pourquoi ne pas avoir confronté plusieurs fois les deux côtés de l'affaire. Pourquoi après avoir vu le nombre d'accusations, ils n'ont pas fait passer un test psychologique à cette femme! Pourquoi avoir attendu autant avant de le faire!

Alors bien sur ce n'est pas le seul livre qui existe sur cette terrible histoire et je vais sans aucun doute prendre connaissance des autres car on m'a rapporté que l'histoire narrée par Florence Aubenas pouvait différencier de la dernière version.

Effectivement, ce livre à été écrit après le premier jugement, du coup je vais sans aucun doute faire quelques recherches afin de lire le dernier né sur ce sujet. Ceci étant et afin d'être juste il aurait encore fallu ajouter quelques pages sur ce que les enfants sont devenus après le procès, quelles structures ont été mises en place, autant pour leur encadrement privé mais aussi au niveau du soutient scolaire pour eux mais aussi les autres enfants.

J'espère sincèrement que ce genre de livre n'aura plus jamais à être écrit mais malheureusement les psychopathes tordus existent encore et toujours.

A lire attentivement, certains passages sont un peu lents car emplis de détails qui nous sont durs à lire mais qui nous permettent de mieux comprendre la folie de l'affaire Outreau.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Donnez votre avis ici !