lundi 23 mars 2015

Ce que l'image ne dit pas - Anne François

Certains enfants vivent emmurés dans un silence qu'on appelle l'autisme. Tel est le destin d'Olivia que sa mère Lucile refuse d'abandonner à son sort douloureux.
Ce combat d'une mère qui garde l'espoir de guérir sa fille malgré le dédale des démarches sans issue, nous le vivrons dans ce roman à double voix par les paroles de Lucile, mais aussi par celles du cameraman venu tourner un documentaire sur la petite Olivia.
"Je n'aurais pas dû dire oui", se dit Lucile lorsque le cinéaste s'installe dans ses murs. Et pourtant, sous le regard de cet homme et de son preneur de son, la métamorphose va lentement s'opérer...

Mon avis:
Lucile dévoile l'histoire d'Olivia en même temps que la sienne, la rencontre avec le père d'Olivia, sa grossesse, son amour pour un homme qu'elle ne met qu'à la place du père et pas de l'amant ou du mari. Cet enfant qui naît difficilement mais surtout qui grandit différemment malgré tous les diagnostiques positifs des médecins. 

Car Lucile le sait, le voit, sa fille est différente. Elle met du temps à s'asseoir, encore plus à marcher et après avoir prononcé une vingtaine de mots elle se tait pour toujours. Lucile part alors pour la maison de son père qui est au bord de la mort. 

Mais Lucile n'est pas soutenue dans son combat: les médecins lui disent inlassablement que c'est elle le soucis, que sa fille est ainsi par sa faute à elle. Ses frères et sœurs aussi la laissent au loin, de même que sa mère. Le père d'Olivia à tout perdu et ne vient que rarement voir cette fille qu'il aimerait pourtant emmener loin de sa mère. Esprit malade lui aussi, même si Lucile évite d'en donner tous les morbides détails. 

Mais surtout cette mère prend notion de tout son passé en racontant l'histoire de sa fille, elle comprend son vécu à elle sous un nouveau regard.

Face à Lucile et Olivia il y à Roch et Théo. 

Roch le cinéaste qui veut à tout prix sortir de cette histoire un film de génie, et pour cela il est prêt à tout y compris séduire Lucile alors qu'il vient d'avoir une fille. Il préfère lui cacher sa vie sentimentale et familiale dans le seul but de lui faire dire tout ce qu'il lui sera utile à son film. Quitte à aller bien trop loin, comme quand les enfants lancent des cailloux sur Olivia mais où il n'intervient pas afin d'avoir des bonnes images, ou encore quand il aperçoit le traitement de choc donné à Olivia mais qu'il laisse faire... Tout cela pour les images, le film doit être parfait quitte à ne plus paraître humain! 

Théo, la force calme, l'homme qui sait écouter et qui surtout laisse la vie aller. La force tranquille de cet homme va surprendre Lucile, mais surtout surprendre son cœur. C'est lui qui aura bien du mal à comprendre à quel point Roch veut des images au prix de l'humain, au prix de l'émotion, au prix des vies qu'il met en jeu.... 

Lucile au fil de son histoire va enfin comprendre à quel point elle en attend trop, à quel point elle à tendance à mettre son histoire, son passé au devant de sa fille. Et au final ce film qu'elle redoutait tant de tourner, ce passé qu'elle avait en horreur à raconter, va lui permettre de trouver la paix avec sa fille et avec son passé...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Donnez votre avis ici !