jeudi 7 janvier 2016

Holy Lola - Dominique Sampiero & Tiffany Tavernier

" Une petite fille se balance d'avant en arrière, s'accroche à mes vêtements, un bambin recroquevillé sur lui-même cache sa tête dans ses mains, depuis combien de nuits, à se fermer au monde, laissant filer derrière le noir de ses paupières son souffle et tout désir de vivre. 
 Les nounous s'activent et leurs mains caressent des fronts, mouchent les nez et les yeux, essuient les larmes, de temps en temps, elles rient, c'est le premier remède ici, doux comme une fleur, d'autres retournent les bébés comme des poupées en plastique, les yeux cernés, trop peu nombreuses pour avoir le temps d'aimer les vies qu'elles effleurent, par peur de s'attacher à tant de néant dans de si petits corps. 
- Et lui ? 
- Non, il est déjà pris.
- Et elle ? 
- Inadoptable, miss. " 

Mon avis:
Isabelle et Jacques arrivent au Cambodge avec une fatigue prenante, la peur de l'inconnu mais surtout l'espoir! Car s'ils voyagent pour la toute première fois ce n'est pas en tant que touristes mais afin de venir adopter un enfant. 

Isabelle a appris sa stérilité après des examens compliqués, longs mais surtout douloureux autant pour elle que pour leur couple. Ils se donnent là une chance de devenir une famille à part entière. Mais malgré toute la documentation qu'ils ont lu, ils ne s'attendent pas à ce qui va leur arriver. 

Déjà à l'hôtel l'ambiance n'est pas toujours au beau fixe, ici on est des numéros qui attendent qu'on leur propose un enfant. Et à ce jeu là les américains sont les plus forts, eux n'ont même pas à se déplacer et à chercher chaque jour par leur propres moyens! Non ils ont des catalogues, car ils y mettent des sommes d'argent incroyables! Voilà comment on devient une famille au Cambodge, en payant pour les frais de l'enfant, les frais administratifs, les frais du personnel des divers ministères, les frais du personnel des orphelinats, en payant toujours et encore, et surtout en payant toujours plus chaque jour pour que son dossier avance vite... 

Alors qu'Isabelle et Jacques vont chaque jour le tour de tous les orphelinats, ils se rendent vite comptent qu'aucun enfant n'est à l'adoption, ils s'inquiètent aussi de la provenance de ces enfants dont on n'hésite pas à falsifier les papiers pour qu'ils soient adoptables!  

L'hôtel est remplis de français tels qu'eux: en quête d'un enfant. Mais l'ambiance n'y est pas toujours cordiale, car chacun s'épie, se jauge, estimant que l'autre a plus de chance que soi... Mais malgré les hauts et les bas, ces gens-là vivent les mêmes désagréments et se forcent à rester souder malgré la tempête qui guette! Car le déplacement est cher, la vie sur place non mais les honoraires des mafieux, lui, dépasse tout entendement. Mais peut-t-on vraiment mettre un prix sur un enfant? 

Alors que chaque jour qui passe est une déprime de plus à l'approche de la date de départ qu'ils se sont fixé, Isabelle et Jacques n'y croient plus. Ils en ont marre de se faire balader d'un endroit à l'autre, où tout ce qu'on leur propose c'est de voir la misère de ces enfants qui ne sont pas adoptables et que l'on va laisser mourir car ils sont malades... Des maladies qui pourraient se soigner mais qui coûtent beaucoup... Puis le miracle survient, un jour où ils ne l'attendent plus on leur présente Lola en leur disant qu'elle est pour eux. Le ciel est enfin entrain de remonter à sa place et leur cœur rempli de joie... 

Maintenant qu'un enfant leur est attribué commence l'attente des résultats médicaux qu'il est impératif de passer. Puis quand tout est enfin passé, il faut entamer les démarches administratives et encore payer, payer un peu ici, un peu là-bas mais c'est bien la seule façon de faire avancer son dossier. Isabelle passe du temps à apprivoiser Lola, pendant que Jacques court d'un ministère à un autre en sortant à chaque fois son porte monnaie... 

Plus l'heure du départ approche, plus l'angoisse de ne pas parvenir à obtenir tous les papiers s'amasse. Il faut aller vite dans un pays qui ne supporte pas être bousculé, mais quand on veut devenir une famille on se sent prêt à chambouler quelques fois les codes! Le jour du départ arrive avec enfin la possibilité de voir ces familles se construire, ailleurs, pour mieux revenir un jour montrer à leur enfants d'où ils viennent et le combat qu'eux ont fait pour devenir de simples parents.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Donnez votre avis ici !