lundi 18 janvier 2016

Je vous demande le droit de mourir - Vincent Humbert

" Pourquoi les médecins se sont-ils acharnés sur moi pour me maintenir en vie ? De quel droit ? [..] Dans mon cas, me faire vivre, forcer le destin pour me sauver à tout prix et faire de moi ce que je suis désormais était une connerie. " 
En décembre 2002, Vincent Humbert, jeune tétraplégique, aveugle et muet, sollicite du président de la République le droit de mourir, qui lui est refusé. Cloué sur son lit d'hôpital, conscient de l'immense chagrin qu'il cause à ses proches et particulièrement à sa mère, Marie, qui veille sur lui sans relâche, Vincent n'attend qu'une chose la délivrance qui mettra un terme à son supplice. Son cri à la mort et ses confidences déchirantes ont relancé le débat sur l'euthanasie. La justice peut-elle refuser une mort digne à ceux que la vie a abandonnés ?

Mon avis:
Comme la vie est cruelle et ce livre en est un triste récit! 

Vincent à toute sa vie devant lui, un métier qui le passionne, une petite copine qu'il aime, deux grands frères qui ont toujours veillé sur lui et ses parents, même divorcés, qui l'ont toujours soutenu... 

Mais voilà qu'à tout juste 19 ans, alors que sa véritable vie d'adulte débutait, Vincent a un terrible accident qui le met dans un coma profond. Ce coma durera 9 mois, durant lesquels l'équipe médicale s'acharnera à le maintenant en "vie" et ira jusqu'à déclarer à sa mère qu'elle n'est plus responsable de ses choix vu qu'il est majeur... 

À son réveil, Vincent est tétraplégique, aveugle, muet et les médecins pensent qu'il ne retrouvera jamais aucune capacité y compris l’intellect. Mais sa mère ne laissera jamais tomber, elle ne le laissera pas une seule seconde dans l'abîme de ces médecins et infirmières qui vont et viennent mais qui pensent déjà que son fils est loin! 

Alors que pendant 9 mois ils étaient aux petits soins pour son fils, les voilà qui en viennent à lui dire d'abandonner tout espoir! Mais qui sont-ils pour réagir ainsi? Ont-il mis cet enfant au monde? L'ont-il vu faire mil progrès? Ils se contentent de passer, sans vraiment voir la capacité qu'elle voit chez son fils... 

Elle se battra durant des mois pour apprendre à son fils à communiquer en langage de l'alphabet, chaque jour elle réapprendra à son fils chaque lettre, puis avec patience et récidive elle pourra communiquer avec lui, chose que les médecins jugeaient impossible! En mettant sa main dans la sienne et en épelant l'alphabet, son fils lui presse sa main de son pouce quand il choisi une lettre, puis on recommence jusqu'à avoir une phrase. Cela prend du temps et de la patience mais la mère de Vincent veut y croire. 

Mais après 2 ans et plus aucun progrès, les médecins leur annoncent qu'il faut partir. Partir dans un endroit où on laisserai Vincent mourir en le privant de l'aspect médical (kiné, ergo, osthéo, physio, etc) qui l’aide à tenir jusqu’à présent... 

Alors Vincent va tout faire pour que le président aie connaissance de son histoire. Lui qui pensait juste avoir une réponse, va voir son histoire exposé dans tous les journaux, locaux et internationaux. Car au final s'il voulait avoir un espoir, c'était celui de mourir car il ne lui en reste plus aucun. 

Mais pas mourir dans une maison de repos, non il voudrait le droit de mourir maintenant. Car pour lui, au point où il en est avec ses douleurs, c'est la meilleur fin possible. C'est une mort joyeuse et qui ne peut que lui apporter du réconfort, et cela toute sa famille l'a compris et a fini par l'accepter.

Mais le président, tout puissant soit-il, ne peut accorder le droit de mourir. On est en 2002 et il n'y a aucune loi sur ce sujet en France. Comme dit Vincent: on ne laisse souffrir un animal car c'est impensable mais un humain.... Et c'est tout à fait se ressenti... Un animal qui souffre et qui n'a pas d'issue favorable on ne le laisse pas souffrir mais on préfère l'euthanasier, en revanche un homme qui demande le droit de mourir, qui souffre et à qui le corps médical ne donne aucune chance, lui doit souffrir le reste de sa vie! 

Alors le combat de Vincent est devenu celui de tous les autres, de ceux qui n'ont plus la capacité de s'exprimer! Il va devenir la voix de ceux qui se battent pour instaurer une loi sur l'euthanasie médicalement assistée. Et il sait que ce combat ne lui servira pas à lui mais il aime l'idée de se battre pour les autres et que sa mort serve à quelque chose de plus grand que l'arrêt de ses souffrances... 

Car même si l'euthanasie est interdite il veut mourir et il a un plan pour y arriver. Il voulait l'appui du président mais ce dernier ne peut rien faire, l'idée de se faire tuer par une tierce personne ne convient pas à sa mère. Alors il lui fait promettre de se battre encore les 6 mois demandés par le président et qui doivent servir à le "requinquer", mais à ce terme sa mère devra l'aider à partir... Une date que eux seuls connaissent et qu'ils ont symboliquement choisi! 

Ce livre a été écrit par Frédéric Veille, qui a recueillis tous les propos de Vincent grâce à son langage alphabétique personnel et à qui la mère de Vincent a apporté son aide en donnant de plus amples informations sur certains passages... Frédéric a pu voir le dévouement de milliers de personnes qui soutenait Vincent avec des lettres, des poèmes, des chansons, des mémoires d'école et des histoires vraies aussi touchantes que la sienne... 

Mais ce livre ne retrace pas la fin de l'histoire... Le 24 septembre 2003, soit 3 ans après son accident, la mère de Vincent lui injectera une forte dose d'un produit qui le mettra dans un profond coma. Malgré l'intervention rapide d'un infirmier et l'effort médical, un médecin mettra fin aux jours de Vincent en accord avec sa famille. Vincent est parti pour une vie qu'il juge bien meilleur que celle qu'il aurait vécu ici-bas... 

La mère et le médecin de Vincent seront tous les deux arrêtés et une enquête sera ouverte, à l'époque la mère de Vincent risquait 5 ans de prison et le médecin la prison à vie. Tous les deux seront acquittés 3 ans plus tard. Vincent a pu mourir aussi dignement qu'il l'espérait et sa maman a tenu la promesse qu'elle lui avait faite, celle de ne pas le laisser dans un mouroir des années de souffrance pour au final pas de progrès médicalement envisageables!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Donnez votre avis ici !