jeudi 28 janvier 2016

Vilaine - Constance Briscoe

Comment Constance Briscoe, haïe et martyrisée par sa mère, est-elle devenue l'une des premières femmes noires juges d'Angleterre?
Voici l'histoire bouleversante d'une petite fille qui subit les pires traitements: coup, insultes, humiliations, privation de nourriture. Troisième d'une fratrie de onze enfants, souffre-douleur d'une mère qui ne cesse de lui répéter qu'elle est laide, Constance est abandonnée de tous. Que ce soit son père, les services sociaux ou l'école, personne ne s'intéresse à cette petite victime qui endure la plus inhumaine des enfances.
A douze ans à peine, elle doit travailler pour se nourrir, cumulant les petits boulots entre ses journées d'école. C'est à force de volonté et d'un courage exceptionnel que Constance parviendra à survivre, mais aussi à se construire et à réaliser son rêve: devenir avocate, puis juge.

Mon avis:
Ce livre est dur, il n'y a pas réellement d'autres mots pour le décrire. On est terrifiés durant sa lecture et on découvre à chaque page plus de souffrance encore.

Constance est la troisième fille de Carmen et George mais elle est née alors que ses parents étaient déjà plus séparés qu'ensemble... Il faut savoir que sa mère n'est de loin pas facile à vivre et que la chose la plus importante pour elle s'est l'argent! Elle se dispute souvent avec George à ce sujet, s'estimant laisée par ce qu'il apporte au ménage... 

Mais malgré tout un autre bébé viendra encore remplir la maison, accompagné d'un autre que sa mère fera passer pour des jumeaux alors qu'elle l'a prise car sa compagne de chambre n'en voulait pas.... Constance se fera souvent la réflexion de ne pas comprendre pourquoi sa mère veut autant d'enfants si elle ne les aime pas. Mais il est vrai que c'est souvent elle qui en prend pour tous les autres, un soucis et hop c'est Constance qui trinque... Au bout d'un certain temps ça sera même sans raison, à chaque fois qu'elle passera à côté de sa mère celle-ci là frappera ou l'insultera sans autre raison que la méchanceté de ses actes.

Constance est une enfant nerveuse, ce qui se comprend vu le comportement de sa mère, et est atteinte de plusieurs troubles dont le fait qu'elle fait encore pipi au lit à 11 ans... Sa mère la guéri à coups de visite chez les spécialiste mais aussi à coups de ceinture, de planche en bois, de chaussure, de gifles, coups de pieds et autre. Constance se couche en recevant une correction afin qu'elle sache ce qui l'attend si elle urine, mais immanquablement le stress la fait uriner dans son lit à alarme. Sa mère entendant l'alarme débarque et la roue de coups avant de la laisser nue au milieu des draps sales. Elle n'a pas le droit à la propreté comme ses frères et sœurs. Elle doit se contenter des mêmes draps souillés le soir suivant. 

Elle n'a jamais d'affaires neuves, sa mère les emmène faire du shopping, ses sœurs ont du neuf mais elle doit se contenter de récupérer leurs affaires à elles. Elle doit trimer pour avoir le droit à sa place, sa passe par le ménage entier de la maison, faire la cuisine et la lessive. Malgré tous ses efforts, rien n'est jamais assez pour sa mère qui en profite donc de la battre à chaque fois plus sadiquement: coups de pieds, gifles, lui couper le poignet avec un couteau, lui tordre les tétons (elle arrêtera après que sa fille doive se faire opérer pour retirer 3 énormes kystes dus à ces mauvais traitements mais qu'elle n’avouera jamais aux médecins...), brûlure de cigarette par le copain de sa mère, coup de planche en bois, arrachage de cheveux (d'ailleurs du au stress elle deviendra chauve pendant bien des années), griffures, ancrage de ses ongles dans les parties génitales.... Sa mère n'est jamais à court d'idées pour la battre ni pour l'humilier! 

Elle la couche nue et demande à tous ses frères et sœurs de venir la regarder, lui achète une robe horrible dans une friperie pour sa première communion alors que celle de ses sœurs est emballée dans sa penderie et en parfait état, puis les insultes violentes: salope, putain, vilaine, laide... Chaque jour Constance s'entendra appeler de laide, pire qu'elle il n'y a pas selon sa mère...

Son père est parti depuis longtemps et le nouveau copain de sa mère est un homme qu'elle déteste depuis le départ, lui aussi la frappe, l’espionne afin de la battre à la moindre occasion ou de rapporter ses faits à sa mère pour que cette dernière s'en charge. Mais la fois de trop, Constance porte plainte. Il ne doit pas la toucher pendant un an, sinon c'est la prison, alors sa mère va encore plus se déchainer sur elle.

Son père tentera de demander leur garde ce qui lui sera refusé, il n'a pas d'adresse fixe alors qu'il possède plusieurs appartements à son nom! Les services sociaux ne chercheront même pas les raisons... Plusieurs fois pourtant Constance pourra s'échapper mais à chaque fois sa mère la récupérera, soit parce qu'elle ne veut pas perdre ses allocations, soit parce qu'elle ne veut pas que son mari récupère les enfants., Au final elle n'aime pas sa fille mais ne veut pas qu'elle parte.

Pourtant un jour une échappatoire se profile, Constance ira vivre avec une professeure pendant un temps, elle aura des meilleurs notes, ne fera plus pipi au lit, et sera enfin libre. Mais la liberté est de courte durée et l'enseignante part en vacances, Constance doit se résoudre à retourner chez sa mère. Cette dernière le lui fait payer encore plus cher, à l'avenir si elle veut manger il lui faudra travailler.

Son premier salut viendra quand sa mère déménagera en la laissant elle et ses deux grandes sœurs sur place, les deux autres peuvent aller la rejoindre quand elles veulent mais pas Constance car sa mère le lui a clairement dit: elle n'est pas la bienvenue chez elle. Constance devra occuper jusqu'à 3 emplois pour réussir à survivre et à payer le loyer à sa mère, car si cette dernière l'a laissée là elle lui réclame de l’argent pour le loyer et pour l’électricité. Elle va devoir se lever aux aurores et se coucher tard mais pourtant elle ne lâche rien. Certains jours elle est tellement fatiguée qu'elle s'endort dans le bus ou en classe et pourtant elle continue toujours. 

Constance va s'accrocher à son rêve: devenir avocate. Elle sait que c'est difficile mais ne lâche rien et réussi tous les tests. Pourtant une épreuve terrible l'attend: demander à sa mère de remplir les formulaires de l'université pour avoir une bourse. Cette dernière lui rit au nez et déchire les papiers. Il ne reste plus qu'à Constance d'attendre une année encore afin de cumuler les 5 ans où elle peut prouver qu'elle subsiste à ses besoins, vient encore un élément terrible: elle a failli ne pas être admise pour un soucis de nom. 

Constance n'apprendra son prénom qu'au moment de rentrer à l'université! Jusque là elle était appelée Clare ou Clarie.... Tous ses documents scolaires sont au nom de Clare. L'université pense donc à une usurpation d'identité, Constance doit apporter la preuve que c'est bien elle les deux personnes et découvre ainsi l'ultime insulte de sa mère.

A la veille de partir à l'université, Constance décide d'aller dire ses vérités à Carmen, elle lui dit qu'elle part à l'université malgré qu'elle ne l'a jamais aidé à accomplir son rêve mais surtout elle lui dit que plus jamais elle ne souhaite lui parler.

On sait qu'elle est devenue avocate puis juge. À la sortie de son livre sa mère intentera un procès pour diffamation mais sera déboutée. Constance a mené son rêve à devenir réalité et a écrit se livre pour se libérer d'une histoire si pesante qu'elle n'osait la raconter à ses propres enfants.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Donnez votre avis ici !