lundi 22 février 2016

Toutes les femmes s'appellent Marie - Régine Deforges

Marie est jeune, belle et veuve. Elle aime plus que tout son fils handicapé mental, Emmanuel, qui ne peut littéralement pas se détacher de cette mère tant aimée. À l'adolescence, le trop-plein d'amour d'Emmanuel transforme radicalement la relation entre la mère et le fils. Radicalement et dangereusement, selon la morale établie. 

Avec ce court roman, Régine Deforges signe une oeuvre littéraire puissante, dans la veine de Pour l'amour de Marie Salat ou L'Orage. Un texte entêtant qui pose la question dérangeante mais nécessaire de la sexualité des handicapés : comment appréhende-t-on les besoins physiques et affectifs des personnes dont la différence ne permet que rarement une sexualité dite "normale" ? 

Toutes les femmes s'appellent Marie est un roman d'engagement, dans la lignée des combats que Régine Deforges mène pour le droit des femmes et la liberté d'expression.

Mon avis: 
C'est une histoire troublante, celle d'une jeune femme qui épouse un homme parti au combat, il reviendra blessé et gazé. Marie tombe enceinte et l'enfant qui naît semble bien trop attaché à sa mère surtout à la mort de son père. 

Emmanuel ne mange rien, il tête. Il ne parle pas, il grogne. Sa mère pourtant ne lui trouve pas de défauts, ou préfère ne pas les voir. Elle vit dans une villa isolée au bord de la mer et peut compter sur le soutient de son médecin qui était ami de son défunt mari. De plus ,chaque jour, Marie-Louise vient faire le ménage dans la maison et les repas. Marie et Emmanuel vivent paisiblement si ce n'est que l'enfant grandit toujours sans parler et toujours en refusant tout sauf son sein. Mais voilà que tous les médecins et spécialistes qu'ils voient disent la même chose: l'enfant est intelligent, même au-delà de la norme, mais vit dans un monde que seul lui comprend et dont le seul attachement avec le monde réel est sa mère. 

Emmanuel grandit et avec lui grandissent ses envies d'homme, voilà comment on arrive au fait que l'enfant devenu homme devienne aussi l'amant de sa mère. Comment pourrait-elle faire autrement? La seule autre solution qu'on lui propose c'est l'internement en asile, hors elle le refuse catégoriquement. Alors Emmanuel continuera d'assouvir ses besoins sexuels auprès de sa mère. 
Celle-ci tombe enceinte et craint qu'Emmanuel ne se sente jaloux de cet être innocent et ne comète le pire. Elle décide alors d’empoisonner deux coupes de champagne et de partir dans un monde meilleur avec son fils et le bébé qu'elle porte. Alors même qu'elle sait que c'est un péché mais ne serait-il pas plus grand crime que de continuer à vivre ainsi?! 

Cette histoire est narrée par Marie mais aussi par son médecin Jean, la femme de ce dernier qui était amie avec Marie, puis par Marie-Louise. 

On comprend que le sujet dérange, ou que du moins il capte l'attention du lecteur. Comme le dit si bien Régine, il n'est point prévu de structures ou de moyens pour que les personnes handicapés puissent assouvir leurs désir sexuel. En France rien n'est prévu en ce sens et on se souviendra donc de cette mère d'un enfant handicapé mental qui à 60 ans le masturbe dans sa douche chaque matin. Mais cela est-il pire qu'une tentative de viol d'un jeune homme handicapé mais ayant une réaction sexuelle physiquement active? Pourquoi seulement certains pays donnent-ils l'accès à ce droit alors que pour d'autres cela s’apparente à de la prostitution? Un sujet qui risque d'être encore délicat bien des années.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Donnez votre avis ici !