vendredi 23 décembre 2016

Sibérienne - Jésus Díaz

Barbaro Valdès, jeune journaliste cubain a un problème: à vingt-cinq ans, il est toujours vierge! Envoyé en reportage en Sibérie, bien décidé à remédier à cette navrante situation, il tombe, aussitôt débarqué, raide dingue de Nadejda sa blonde et ravissante guide. Choc des cultures, choc des climats! Dans un froid sibérien, il va sans dire, notre jeune naïf expérimente toutes les premières fois. Le feu Cubain aura-t-il raison des eaux glacées de la Sibérie?

Mon avis:
Lu pour le Cold Winter Challenge 2016 - Menu: Les montagnes enneigées
Je ne vais pas m'épancher sur ce livre car je n'ai pas du tout apprécié cette lecture. J'ai trouvé que c'était cruel, raciste, violent et morbide. Et pourtant je m'étais plongée dedans avec envie, suite à la lecture de la 4ème de couverture. Mon dieu ce qu'elle est trompeuse! 
Ce livre comporte 4 chapitres qui ne sont pas numérotés mais nommés: Air, Terre, Feu et Eau.

En commençant avec le chapitre "Air" on fait la rencontre de Barbaro qui est dans l'avion qui le relie de Cuba à Moscou. Mais que fait-il là d'ailleurs? Lui qui a une peur tétanisante de l'avion? Quelque chose à se prouver sans aucun doute ou plutôt un manque de caractère qui fait qu'il n'ose s'affirmer. Il nous raconte son enfance, les gens de sa famille et très vite on apprend la terrible chose qui lui est arrivé enfant, et racontée dans les moindres détails! Déjà rien que ce passage m'a choquée car c'était brutal, violent et pas nécessaire! 

Dans le chapitre "Terre" on suit Barbaro qui arrive à Moscou et qui va très vite faire la rencontre de la guide et traductrice qui lui a été attribuée: Nadejda. On réalise très rapidement que la jeune femme a des propos raciste envers ce cubain noir qui débarque. Mais ce n'est pas la seule chose qui m'a dégoutée dans ce deuxième chapitre, on y fait aussi la rencontre des partenaires de voyage de Barbaro, de leur propos que Nadejda refuse même de traduire ainsi que de la description des lieux où ils vont dormir. Moi qui m'attendait à avoir la description du côté sauvage sibérien je me suis retrouvé à être menée sur les odeurs de pisse, de merde, de sueur et bien d'autres effluves. Et attention c'est de cette manière que les choses sont précisées dans le livre!

Puis dans le chapitre "Feu" on en apprend plus sur l'univers masculin sibérien, sur les défis totalement abrutis qu'ils font et de la manière qu'ils ont de vivre. Mais aussi les tourments que Nadejda cause à Barbaro ainsi que de l'attirance de ce dernier qui se fait quasi viscérale. Car au final ce qui semble le plus important au yeux de Barbaro est de perdre cette virginité qui le poursuit et les évocations à ce fait sont nombreuses et quelques fois crues au fil des pages! 

Et enfin dans "Eau" on arrive à la fin de ce livre, la fin du voyage pour Barbaro, la fin de la danse haineuse de l'attirance entre Nadejda et lui... Mais alors va-t-il vraiment repartir sans avoir une seule fois plongé dans la chaleur d'une femme? Non bien sur... En revanche la fin m'a laissé sur le c** et a renforcé mon avis que ce livre est une histoire sans queue ni tête!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Donnez votre avis ici !